Qui sommes nous

Qui sommes nous

Le syndrome métabolique peut être défini comme une perturbation de nombreuses fonctions de l’organisme incluant de façon variable, des anomalies métaboliques, lipidiques et glucidiques, et vasculaires dans un contexte de stress oxydant, d’inflammation infraclinique et d’insulinorésistance. L’excès de graisse viscérale, évalué en routine par la mesure du tour de taille, est au premier plan de la physiopathologie de ce syndrome. Différentes définitions utilisables par les cliniciens ont été proposées par les sociétés savantes. Le tableau 1 rappelle les critères diagnostiques proposés par l’American Heart Association (AHA). Un diagnostic précoce est indispensable pour débuter une prise en charge efficace visant à réduire les complications du syndrome métabolique au premier rang desquelles se trouvent le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’hépathopathie métabolique.

Il n’y a aujourd’hui aucun doute sur le rôle primordial joué par les habitudes de vie (alimentation et activité physique) dans l’apparition et le développement du syndrome métabolique. De nombreux travaux confirment qu’agir sur le mode de vie peut faire régresser ce syndrome et retarder l’apparition d’un diabète. D’une manière théorique, une perte de poids de 5 à 10% du poids initial, une amélioration de la qualité de l’alimentation (augmentation de l’apport en fibres, réduction des graisses saturées au profit des mono- et polyinsaturées, choix d’aliments glucidiques de faible index glycémique) et la pratique régulière d’une activité physique sont les objectifs à atteindre. La mise en application de ces principes est souvent difficile à obtenir. Elle nécessite, de la part du thérapeute, d’accompagner son patient et de l’éduquer, en se souvenant qu’il traite un état chronique dont la tendance naturelle est à l’aggravation et pour lequel il n’existe pas de solution rapide telle qu’on peut en trouver en pathologie aigue. C’est dans cet état d’esprit que nous avons mis en place, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, une structure de prise en charge basée sur l’éducation, dédiée aux patients ayant un syndrome métabolique. Cette structure a pour vocation de travailler en collaboration avec des médecins généralistes ou des spécialistes libéraux.Ce site est administré par le Dr Boris Hansel, médecin endocrinologue à l’hôpital Bichat et à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Le Dr Boris Hansel a créé l’unité de prise en charge du syndrome métabolique à l’hôpital de la Pitié-salpêtrière.

Il est maintenant responsable de la nutrition à l’hôpital Bichât au sein du service d’Endocrinologie-Métabolisme-Diabétologie-Nutrition. Il vient de mettre en place le programme E.T.A.P.E.S (éducation thérapeutique en activité physique et diététique pour le traitement de l’obésité et du syndrome métabolique) Le Dr Boris Hansel a publié deux ouvrages à l’attention du grand public : “Mieux vivre avec le cholestérol”, éditions Hachette pratique, 2006 “Surveillez votre ventre”, éditions Hachette pratique, 2007 (Ce livre est épuisé mais il sera réédité en mars 2013 sous le titre :Perdez votre ventre pour une meilleure santé, chez hachette pratique)Syndrome métabolique : une menace silencieuse

Ces vingt dernières années ont permis un net recul des maladies cardiovasculaires. Mais aujourd’hui, la mortalité ne baisse plus… Selon certains experts, cette tendance a pour origine le syndrome métabolique. Découvrez cet ennemi silencieux. Zoom sur le syndrome métabolique Syndrome métabolique diabète risque cardiovasculaire Si votre poids, votre tension et votre feuille d’analyse flirtent avec les limites autorisées, vous pouvez être dans le rouge sans le savoir. Le syndrome métabolique intègre l’ensemble de ces petites anomalies capable d’augmenter le risque cardiovasculaire et de diabète. Zoom sur cette menace insidieuse.