Commission de Coopération Internationale de la Faculté de médecine : CIDMED

Le but de la Commission.

La commission est un organe consultatif de la Faculté de Médecine chargé de formuler des propositions et de rendre des avis sur toutes les questions en rapport avec la politique de coopération internationale de la Faculté. Cela concerne, en particulier, les actions d’aide au développement et d’ouverture internationale, de solidarité et de coopération avec les pays émergents.

Les missions de la Commission.

Identifier , susciter, encourager toutes les initiatives pertinentes de coopération en matière d’enseignement, de recherche et d’aide au développement.

Fournir au bureau de la faculté et aux membres et partenaires de la faculté de médecine des informations sur ces initiatives et des conseils en matière de choix des actions, de mise en oeuvre ou de mobilisation de ressources.

Rechercher la cohérence et la complémentarité des initiatives avec les actions préexistantes de la faculté de médecine , des autres facultés et de “Louvain-Développement”, ainsi qu’avec les autres intervenants sur les mêmes terrains.

a.Politique

(1)Proposer au bureau de faculté les orientations en matière de coopération au développement qu’il s’agisse d’accueillir des étudiants, des stagiaires, des doctorants ou des enseignants ou d’organiser des missions d’aide à la formation.

(2)Promouvoir la visibilité et la reconnaissance dans les carrières individuelles des actions rentrant dans le cadre des options de la faculté et des cliniques universitaires. Sensibiliser la communauté facultaire aux problèmes posés par la coopération au développement et mobiliser un nombre suffisant de jeunes collègues pour soutenir les initiatives prises et à prendre par la Faculté et les Cliniques universitaires en la matière.

(3)Examiner avec le Doyen les demandes de coopération internationale.

(4) Sensibiliser la communauté facultaire aux problèmes posés par la coopération au développement et mobiliser un nombre suffisant de jeunes collègues pour soutenir les initiatives prises et à prendre par la Faculté et les Cliniques universitaires en la matière.

b.Opérationnel

(1)Dresser un inventaire des diverses actions de collaboration au sein de la Faculté , des Cliniques universitaires et du Réseau hospitalier universitaire (CRHU).

(2) Assurer les relations de la Faculté avec « Louvain-Développement » qui a regroupé les diverses organisations non-gouvernementales de coopération au développement, fondées ou animées par des membres de notre Faculté et favoriser les synergies entre Louvain-Développement et la Faculté.

(3) Assurer un service à la communauté facultaire en matière de coopération au développement et, par exemple, guider les promoteurs vers les services et organisations utiles à leurs projets, y compris la coopération universitaire au développement (CUD), la la communauté française Wallonie-Bruxelles (CGRI) et le secrétariat universitaire à la coopération internationale (SCO).

(4)Coordonner et rendre opérationnels les programmes de coopération mis en place au niveau de la CE (Erasmus, Socrates, Tempus etc…) et en particulier, identifier les répondants facultaires impliqués ou à solliciter.

(5) Examiner les divers projets qui ont un impact direct sur le fonctionnement de la Faculté.

(6) Aider le Doyen lors de l’accueil de personnalités étrangères et pour la représentation de la Faculté dans des associations internationales.

(7) Mettre en oeuvre les décisions relatives à l’accueil des étudiants étrangers et participer à l’élaboration de toute proposition pertinente en la matière.

(8) Evaluer l’effet des actions de coopération sur le fonctionnement et le rayonnement de la Faculté (coûts au sens large; retombées pour les bénéficiaires, pour la Faculté et les Cliniques).

La composition de la Commission.

La Commission réunit une fois par an une assemblée générale de tous les responsables et participants aux action de coopération internationale sous forme d’un forum facultaire de la coopération au développement (cela concerne tant les responsables de projets que tous les académiques, scientifiques, cliniciens, chercheurs, administratifs et étudiants concernés).

La Commission est composée de représentants des diverses composantes de la Faculté, engagés ou prêts à s’engager dans des activités de coopération au développement. La commission désigne un bureau exécutif .La commission peut entendre toute personne qui le demanderait.

Les moyens de la Commission

La commission n’a en principe pas de moyens propres si ce n’est un minimum nécessaire à l’organisation de ses activités (allocation au départ du patrimoine facultaire). Elle doit en fonction de sa nature, renvoyer vers les structures qui disposent de moyens de financements au niveau universitaire (Louvain-Développement, Secrétariat à la coopération internationale, SCO), Communautaire (CGRI), national (CUD) et Européen (Erasmus, Socrates, Leonardo, Tempus).

Leave a Reply