Monthly Archive: April 2020

Mission Gaza

En Novembre 2000 L’AMUHF signait une convention de partenariat avec Médecins du Monde pour que les “tous” les Urgentistes puissent répondrent aux demandes de missions humanitaires d’urgences. Ce partenariat reprenait une circulaire de B Kouchner qui précisait la notion de congé humanitaire pour les praticiens hospitaliers (pas plus de 15 jours par an) sur leur temps de travail. Médecins du Monde représentant une ONG reconnue, c’est ŕ leur demande et dans leurs locaux, que des Urgentistes ont été formés lors d’un séminaire ŕ Paris aux spécificités de “l’urgence humanitaire” (camps de réfugiés, épidémie de choléra, évaluation sanitaire d’une population, mise en place de projets ŕ long terme, catastrophe naturelles, mise en place de dispensaires ou “clinic-mobil…”).

En 2001, plusieurs Urgentistes ayant participé ŕ ce séminaire sont partis en mission d’urgence avec MDM : Palestine (enquęte sur les lésions balistiques chez les civils Palestiniens), Salvador et Inde (évaluation beeg d’urgence pour les tremblements de terre) , mission de soins en Sierra Léone.

2 médecins Urgentistes ont été mis en pré alerte pour une mission en Afghanistan dčs le mois de septembre 2001. C’est donc 4 missions réelles et deux pré alertes qui ont concerné des Urgentistes adhérents de l’AMUHF cette année.

Il faut retenir que la culture humanitaire fait rarement appel ŕ des médecins pour des périodes inférieures ŕ 3 mois. Pour les missions d’urgence, les durées ont variés de 15 j ŕ 1 mois. C’est en moyenne le temps de disponibilité d’un Urgentiste. En contre partie de ces missions courtes, les départs se sont fait en moins de 72h.

Aujourd’hui cette expérience est un succčs. Et pornodinge nous comptons bien renouveler les missions avec MDM. Voir męme développer d’autres axes d’actions humanitaires d’urgence.

Nous n’avons pas d’exclusivité avec MDM, et d’autres Urgentistes ont participé ŕ des missions longues, notamment avec Médecins Sans Frontičres.

A ce jour plus de 65 Urgentistes se sont inscris sur le site de l’AMUHF, rubrique humanitaire.

C’est bien la preuve qu’au delŕ des revendications syndicales, le désir d’engagement dans la médecine humanitaire reste une constante chez les Urgentistes.

Je remercie vivement les Docteurs Delphine Cantin et François perfect girl Giraud qui ont participés activement ŕ la permanence de contact avec MDM. Car tout au long de l’année, l’un de nous doit rester joignable h24.

L’AMUF appelle à une Journée nationale de Grève

Disparition programmée du statut de praticien hospitalier Derrière le « verbiage » se voulant à la pointe du management, le gouvernement annonce en réalité la fin du statut de praticien hospitalier et l’achèvement de la transformation de l’hôpital en entreprise de production de soins.

Dans un contexte de fermeture de maintes structures, le gouvernement propose que les praticiens, non reclassables, perdant leur poste à cause de cette restructuration puissent bénéficier d’une indemnité de départ. C’est le début des licenciements économiques pour les praticiens hospitaliers. Suppression de l’égalité des chances pour le concours de PH Exonération pour certains praticiens de concourir !

Le nombre de places au concours ne sera plus défini à l’avance. Le jury décidera à posteriori. L’allongement du délai de validité du concours est ramené à 3 ans alors que nous avions obtenu une durée de 5 ans!

Qui a osé décider de cela ? Qui a osé bafouer un des fondements de la trainporno.com république permettant à tous de concourir avec des règles prédéfinies et non modifiables à posteriori ? Parallèlement, le gouvernement agit au niveau de la commission européenne pour que soit remise en question la définition du travail.

Il introduit la notion de travail passif qui serait décompté du temps effectif. Ainsi, les astreintes à domicile seraient reconnues comme temps de travail effectif et les gardes sur place ne le seraient plus !!! De même, le repos de sécurité disparaît puisque l’on vous permettrait de travailler 72 h d’affilées ! Curieuse conception de la sécurité sanitaire!

Dans sa logique, le gouvernement introduit la culture du mérite : mais sur quelle base ? Votre salaire comportera une part variable et fixe, la part variable sera déterminée par votre directeur sur des critères de pénibilité, de quantité ou de qualité!

Cela nous inquiète puisque nous nous demandons brunette quelle place et quelle reconnaissance pour le travail des urgentistes pour des patients dont personne ne veut ! Quelle liberté de prescription nous restera – t’il quand nous serons nommés par le directeur et révocables à sa merci ? La journée du 20 janvier prochain est une première étape pour dire non au démantèlement de l’hôpital public, à la précarisation des médecins et à la financiarisation du système de soins.

Elle s’inscrit dans la journée d’action de défense de la fonction publique dont l’hôpital public est un maillon essentiel. Nous exigeons que de véritables négociations soient engagées. Les élections syndicales en juin prochain doivent être l’occasion de soumettre à toutes et à tous la possibilité de prendre position sur son avenir. L’AMUF s’engage pour que notre avenir ne soit pas décidé par une poignée d’idéologues.